Proposition du roman ISKRA (LA BOSNIENNE) de Vidosav Stevanovic (titre en serbe: Iskra)

Vidosav Stevanovic

Vidosav Stevanovic

Traduction intégrale du serbe

RESUMEE:Vidosav Stevanovic raconte le destin d’une jeune femme de Bosnie — Iskra — que des para-militaires ont enlevée, puis enfermée dans un moulin abandonné et violée. Hésitant entre l’envie de se suicider et celle de s’enfuir, Iskra constate qu’elle est tombée enceinte et elle décide de vivre. Un para-militaire l’aide à s’enfuir de sa geôle et, pendant des mois, elle se cachera dans une grotte de la montagne jusqu’à son accouchement. Puis elle descendra, son enfant dans les bras, vers les villages de l’autre côté de la montagne.

Son aventure époustouflante se poursuit dans les bourgades conquises successivement par des armées différentes. Elle rencontre un déserteur qui est aussi un assassin — le Chasseur — qui la cache et l’aide à survivre. Puis elle arrive dans une petite ville tout juste libérée par un certain Capitaine, un fou à qui elle finit par échapper grâce à la mère de ce dernier. Puis elle retrouve le Chasseur, juste au moment où celui-ci va massacrer un jeune couple, et leur enfant est recueilli par Iskra. Le Chasseur — qui est en réalité Modi, un des bouchers de cette guerre — l’emmène jusqu’à sa maison perdue parmi les rochers de la montagne. Il l’y enferme et la fait chanter en utilisant les enfants. Iskra réussit à s’enfuir une nouvelle fois grâce à la sœur de Modi mais cette dernière la vend à des soldats des troupes internationales, un colonel et un soldat — Tom. Modi surgit de nouveau et, dans la bagarre, meurt en même temps que Tom.

Iskra fuit avec les deux enfants, entraînant  avec elle un jeune homme qui a perdu la mémoire. Elle le persuade qu’il est son mari. Tous les deux resteront dans un village au pied de la montagne où ils attendront la fin de la guerre.

LA BOSNIENNE est sans doute le roman le plus fort de Vidosav Stevanovic. L’histoire débute comme un conte de fées mais, très rapidement et dès les premières pages, se transforme en cauchemar. L’absurdité de la guerre de Bosnie et de toute guerre en général, y est relatée d’une façon à la fois simple et brillante, sans parti pris, sans commentaires, rien que par les faits. C’est aussi la démonstration implacable que l’homme est un loup pour l’homme.

Extrait Iskra

Notice bio-bibliographique

Vidosav Stevanovic est né en 1942 près de Kragujevac en Serbie. Il est l’auteur d’une quarantaine d’œuvres : romans, pièces de théâtre, récits, ainsi que de nombreux essais et critiques littéraires. Il a obtenu les plus grands prix littéraires yougoslaves.Il a dirigé de grandes maisons d’édition à Belgrade, mais ses prises de position antinationalistes et son opposition au régime de Milosevic lui ont interdit toute activité autre que l’écriture et l’ont contraint finalement à s’expatrier. Après un long séjour en France, où il a obtenu la nationalité française et la distinction Chevalier des Arts et des Lettres, Vidosav Stevanovic est retourné dans son pays natal.

« …Si l’Espagne de 36 a eu son Malraux, et 39-45 son Claude Simon, si le Vietnam a
eu son Neil Sheehan, et le Liban son Oriana Fallaci, la guerre des Balkans aura
désormais son Stevanovic…(André Clavel)

Extraits-des- critiques- sur- V.Stevanovic

Ouvrages  traduits-en-francais

Advertisements

A propos bejanovska

journaliste - traductrice littéraire
Cet article, publié dans 1- Propositions romans / récits / nouvelles/ contes, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s