LA GRANDE EAU de Zivko Cingo

A paraitre chez Le Nouvel Attila le 4 février 2016images[1] (2)

LA GRANDE EAU

de Zivko Cingo  (PRIX NOCTURNE 2014)

Roman de la détresse de l’enfance, mais également de ses émerveillements et de ses rêves, La grande eau laisse au cœur une empreinte ineffaçable. Les faits relatés se passent au lendemain de la dernière guerre, dans un orphelinat où se retrouvent les victimes les plus démunies de la folie humaine. Là, entre une cour transie et un mur paraissant s’élever jusqu’au ciel, cette horde triste, en rang, apprend les règles de la nouvelle société. Et là se rencontrent, aussi, le narrateur et son ami Isaac, figures poignantes d’enfants rêveurs qui s’envolent ensemble vers quel « pays où l’on n’arrive jamais ».

L’AUTEUR :

images[1]Zivko Cingo (1935-1987) est né dans le village Velgosti au bord du lac d’Ohrid, en Macédoine. Ses premières nouvelles ont été publiées en 1957 et son livre Paskvelia en 1963, salué avec enthousiasme par la critique. Il a été comparé à Isaac Babel par la vivacité du regard qu’il porte sur la période poste-révolutionnaire et par les couleurs impressiionnistes de sa narration. Il est considéré comme l’un des meilleurs prosateurs des Balkans.

Son roman La grande eau a reçu un excellent accueil en France lors de sa parution en 1980 (L’Age d’Homme, Lausanne, épuisé).  En 2004 il a été adapté au cinéma.

L’œuvre de Zivko Cingo est traduite en plusieurs langues dont en anglais, en russe, en français.

extrait-La-Grande-eau

Bibliographie:

Пасквелија“ (Paskvelia, short stories, 1961)

  • „Семејството Огулиновци“ (Ogulinov Family, short stories, 1965)
  • „Нова Пасквелија“ (New Paskvelia, short stories, 1965)
  • „Сребрени снегови“ (Silver Snows, novel for children, 1966)
  • „Пожар“ (The Fire, short stories, 1970)
  • „Големата вода“ (The Great Water, novel, 1971)
  • „Жед“ (Thirst, screenplay, 1971)
  • „Поле“ (Field, screenplay, 1971)
  • „Образов“ (Cheek, play, 1973)
  • „Ѕидот, водата“ (The Wall, The Water, play, 1976)
  • „Вљубениот дух“ (The Ghost in Love, short stories, 1976)
  • „Кенгурски скок“ (Кangaroo Јump, play, 1979)
  • „Макавејските празници“’ (The Maccabean Feasts, play, 1982)
  • „Накусо“ (In Brief, short stories, 1984)
  • „Пчеларник“ (Бeehives, screenplay, 1988)
  • „Гроб за душата“ (Grave for the Soul, short stories, 1989)
  • „Бабаџан“ (Babajan, novel, 1989)
  • „Бунило“ (Delirium, short stories, 1989)
Publicités

A propos bejanovska

journaliste - traductrice littéraire
Cet article, publié dans 1- Parutions romans / récits / nouvelles / contes, Contrat signé, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s