LE FIRMAN SECRET, roman de Stefani Senar

Il y a comme un écho avec ce qui se passe aujourd’hui en Europe…

Traduction de l’interview de Stefani Senar pour le journal Utrinski Vesnik, Macédoine (avril 2005), au sujet de son roman « Le firman ».

1) Le personnage principal, Péla Bélakoulakovska, est le symbole de la Macédoine emprisonnée par ses vieux démons qui, pour se libérer et s’épanouir, doit comprendre qui elle est et ce qu’elle veut. Il ne suffit pas d’obtenir l’indépendance, il faut savoir pourquoi on la désire et ce qu’on en fera afin de se forger une conviction suffisamment forte qui résistera aux épreuves, aux contradictions et aux désillusions à venir. Ce roman, comme le premier, est donc une quête des racines, absolument nécessaire avec la construction de cette grande Europe, au sein de laquelle la Macédoine souhaite s’intégrer, car elle risque d’y perdre son identité si précieuse si elle ne l’assume pas et surtout ne la revendique pas haut et fort. Il serait dommage qu’elle se fonde dans la masse alors qu’elle peut apporter beaucoup au monde. Le « Firman », dans ce roman, est l’objet démoniaque qui permet d’obtenir, rapidement et facilement, le pouvoir et la domination sur l’autre. Je me sers beaucoup du fantastique, mélange les genres littéraires et écris mes histoires sur plusieurs niveaux. Je trouve que cela permet une plus grande liberté, à la fois pour moi et pour le lecteur. Chacun y voit ainsi ce qu’il souhaite. Soit un simple roman, soit une vue de la situation actuelle en Macédoine par une jeune femme vivant à Paris et ayant des origines macédoniennes… Si je souhaitais dire mon exacte pensée et de façon directe, je serai historienne, reporter ou bien je ferai de la politique.
2) J’ai étudié la balkanologie a l’INALCO à Paris durant trois années et je viens en Macédoine depuis toute petite. Je connais donc bien le pays, sans le connaître car la situation évolue rapidement entre chacun de mes séjours. Je suis ainsi toujours surprise et le fait de ne pas y vivre me permet de garder une certaine distance et de voir des choses que peut être un macédonien ne voit plus car cela fait partie de son quotidien. L’inspiration me vient à chaque coin de rue : une vieille femme habillée comme au moyen-âge assise sur un bidon par hasard à côté d’une voiture de sport rouge ; cette croix en haut du Vodno qui défie les minarets de la ville, en réponse a l’époque ottomane ou tout ce qui était chrétien devait être plus bas que ce qui est musulman… Et puis, j’ai du sang macédonien, et même si ce n`est qu’une moitié, c’est sans doute la plus déterminée et la plus passionnée et elle me pousse sans cesse à parler d`elle.(…)

Stefani Senar

Stefani Senar

Présentation complète du roman:
 https://mariabejanovska.wordpress.com/2013/07/10/le-roman-le-firman-secret-de-stefani-senar/
Publicités

A propos bejanovska

journaliste - traductrice littéraire
Cet article, publié dans Actualités, à rééditer, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s