DEUX POEMES POUR GORAN STEFANOVSKI de Risto Lazarov

POEMES POUR GORAN STEFANOVSKI

Noce avec les étoiles
A « La chair sauvage » de Goran Stefanovski

Fin de représentation
Les projecteurs s’éteignent
sur les éclairs de la parole
Là finissent les Balkans
Et peu nous importe le prix
du billet pour l’Europe
Brillent dans la nuit les bateaux sur Danube
Héï, le faucon boit de l’eau du Vardar*
Vin enivrant de joie
dans les cœurs, un havre d’étoiles
Thalia sautille comme un poisson
à la noce macédonienne avec les étoiles
Les projecteurs s’éteignent
sur les éclairs de la parole
fête folle des dieux.

*chanson traditionnelle macédonienne

Avec Goran à la station de bus du quartier « Jané Sandanski »

Au lieu de nous retrouver le soir au buffet du théâtre

Nous nous rencontrons de plus en plus souvent le matin

à la station de bus

du quartier « Jané Sandanski »

(nous ignorons le nombre des Jané ici, mais des Jana il y en a beaucoup).

Si nous étions des footballeurs

nous nous serions dit trois fois « salut »

-Et c’est tout !

Nous, nous commençons l’échange matinal

des rêves frais de la nuit.

Nous croisons dans L’Histoire de l’Est sauvage*

(chair sauvage*, est sauvage, cochons sauvages,

-vie devenue sauvage :

femmes nues hystériques

succulentes comme des pêches;

machines à moudre les désirs ;

marzipan de la moelle osseuse

vendu en sachet au kiosque du coin

avec une dose obligatoire de thé indien ;

ourse et lion attelés au même joug

galop de cerfs en automne précoce ;

mots éparpillés sur le trottoir

(les nôtres, d’anglais, d’arabe, de toutes sortes).

Sous le lampadaire cassé de la rue

nous nous sommes créé une île

pour un temps futur

(ou : un trou noir*, peut-être ?).

Bonjour les joggeurs, bonjour les ouvriers !

Il est clair comme deux plus deux

que le vin rouge de Tikves

ne coule pas de nos chauffe-eaux électriques

et même si c’était le cas : demain il faudra nous brosser

longtemps les dents avant d’aller au travail !

Des visages fatigués nous regardent aux fenêtres des bus.

Nous ne remarquons même pas

que nous avons manqué encore un bus pour le buffet du théâtre.

………………

  • Textes de Goran Stefanovski

Risto Lazarov  (né en 1949 à Stip, Macédoine ) est poète, essayiste, critique, journaliste, traducteur et éditeur. Il est l’auteur d’une trentaine de recueils de poésie, du premier Oiseau nocturne dans le parc (1972) au  Poèmes du lac (2020).

Ses poèmes sont traduits en anglais, en allemand, en russe, en serbe, en bulgare, en albanais, en slovène, en tchèque, en turc… Il a reçu de nombreux Prix dont celui des Soirées poétiques de Struga et et, en 2019, « La plume de Kocic » et « Le livre de Kocic ».

Il a traduit en macédonien Ceslav Milosh,  Carl Sandburg, Charles Simic, Abdulah Sidran, Goran Babic…

Risto Lazarov est membre de l’Association des écrivains de Macédoine. Il était Président du PEN club macédonien du 2006 au 2014.

  

 

A propos bejanovska

journaliste - traductrice littéraire
Cet article, publié dans 3- Propositions poésie, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s