L’EUROPE PARLE MA LANGUE MATERNELLE (Vele Smilevski)

Vele Smilevski

L’EUROPE PARLE MA LANGUE MATERNELLE

Poème consacré aux poètes européens lauréats de la Couronne d’or décernée aux Soirées poétiques de Struga*, dont les poèmes sont traduits en langue macédonienne.

L’Europe parle ma langue maternelle

Quand Nichita Stanescu à l’embouchure du Drim noir nous dit :

Je ne suis qu’une tache de sang qui parle.

L’Europe parle ma langue maternelle

Quand Yves Bonnefoy cherche l’endroit triste

Où brille le poème du rêve.

L’Europe parle ma langue maternelle

Quand Hans Magnus Enzensberger ajoute

Au labeur de Sisyphe le poids de la douceur 

L’Europe parle ma langue maternelle

Quand Raphaël Alberti traduit le souffle

Du vent libre et de son écho.

L’Europe parle ma langue maternelle

Quand Artur Lundkvist livre à l’instant

La seule chose que nous avons et perdons sans cesse.

L’Europe parle ma langue maternelle

Quand Tadeusz Rozewicz au bord du Lac, à l’aube,

Écrit le poème des choses à la fois proches et lointaines.

L’Europe parle ma langue maternelle

Quand Ted Hughes rappelle : le pillage n’a jamais enrichi personne

Sinon le monument aux morts.

L’Europe parle ma langue maternelle

Quand Lyubomir Levchev s’éloigne de « la rue sans nom »

Avertissant : là vit la fin.

L’Europe parle ma langue maternelle

Quand Justo Jorge Padron dans une forêt de livres

Perçoit une foule qui souffre, vieillit et meurt.

L’Europe parle ma langue maternelle

Quand Ferenc Juhasz dans un vers dessine un papillon

Qui telle une étoile au sourire divin annonce.

L’Europe parle ma langue maternelle

Quand Blaže Koneski assis en bordure du champ paternel

Dit avec douceur un simple et rude poème macédonien.

L’Europe parle ma langue maternelle

Quand le souvenir nous angoisse

Comme Edoardo Sanguineti qui au bord du Drim noir

Écrivit la main tremblante :

Je vis pour comprendre pourquoi en vivant

J’écris afin de comprendre pourquoi j’écris !

Et seulement après s’en retourna chez lui, par-delà la mer

Où se jette le Drim.

* Les soirées poétiques de Struga (SPE) (en macédonien : Struški večeri na poezijata, SVP) est un festival international de poésie  qui se tient chaque année à Struga, en Macédoine, depuis 1962.

Traduit du macédonien par Maria Béjanovska

Vele Smilevski (1949) , poète macédonien, essayiste, critique littéraire, professeur, journaliste et éditeur. Il est l’auteur de 14 recueils de poèmes, 2 romans et plusieurs dizaines de livres d’essais. Il a été Président de l’Association des écrivains de Macédoine pendant plusieurs mandats, Président des Soirées poétiques de Struga et membre du PEN club macédonien. Il est lauréat de nombreux Prix dont Grigor Prlicev (2012)

Le lac d’Ohrid

A propos bejanovska

journaliste - traductrice littéraire
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s