PAYS DES RÉFUGIÉS, roman de Kica Kolbe (Zemja na begalci, éd. Ili-Ili, Skopje, 2018)

« Elle a compris alors qu’elle faisait partie de quelque chose de bien plus ancien. Et de plus vaste. Plus ancien que tous les foyers, prés et champs. Que toutes les terres que ses ancêtres ont perdues… Le pays des réfugiés est au-delà de toutes les frontières, au-dessus de toutes les nations, de tous les peuples. Ce pays est sa seule patrie. » 

Pays des réfugiés (2018) est le quatrième roman de Kica Kolbe. La narratrice est une petite fille, Frossé, qui raconte l’exode de sa famille en Macédoine pendant la guerre civile en Grèce (1945-1948). L’accent est mis sur le traumatisme psychologique provoqué par la guerre et la perte du pays natal, sur les sentiments, les peurs mais aussi les espoirs. Ce traumatisme que subissent également et pendant très longtemps les générations suivantes. Un sujet aussi vieux que l’histoire de la guerre mais jamais aussi actuel que de nos jours.

extrait pays des réfugiés Kica Kolbe

  

Kica KOLBE est écrivaine, essayiste, traductrice et artiste peintre. Elle est née en 1951 en Macédoine dans une famille de réfugiés du nord de la Grèce. Elle a fait ses études de philosophie, d’histoire de l’art et de théorie de la littérature à l’Université de Belgrade (Serbie) et celle de Skopje où elle a obtenu un doctorat avec le sujet « L’esthétique dans la philosophie allemande du dix-huitième siècle ». Pendant une dizaine d’années elle a enseigné l’esthétique à la Faculté de philosophie de Skopje. Elle est membre de l’Association des écrivains de Macédoine et de la Société Macédonienne de Philosophie.

Depuis une trentaine d’années elle vit en Allemagne où elle se consacre à la littérature et à la peinture. Elle écrit en macédonien et en allemand.

Kica Kolbe  a écrit quatre romans :

Les Egéens (1999) qui traite du sujet de l’exode des Macédoniens pendant la Guerre civile (1945-1948) en Grèce, de leur déracinement et l’impossibilité de retrouver leur pays natal.

 

           La neige à Casablanca (2007) est un roman sur un pays que l’on veut fuir. Ana, le personnage principal, mène depuis une dizaine d’années une vie de nomade grâce aux bourses des fondations européennes, mais elle fuit sans cesse quelque chose. Les Balkans ? La Macédoine ? Elle-même ? Alors elle décide d’écrire une biographie virtuelle dans laquelle la Macédoine se transforme en Casablanca – une patrie au bout du monde. Cependant la vérité est moins virtuelle. La Macédoine est ensevelie sous une neige centenaire, qui recouvre la terre et les hommes.

« Casablanca, c’est la Macédoine, un pays que l’on cherche sans cesse à couper et découper. Casablanca c’est nous tous avec nos rêves perdus et nos espoirs », dit Kica Kolbe qui, pour ce roman, a reçu le Prix du meilleur roman de l’année en Macédoine, décerné par le journal Utrinski Vesnik. Ce roman était aussi candidat au Prix international Balkanika.

 

 

 

Les femmes Gavrilov (2008). Dans la famille macédonienne Gavrilov de Bitola, les femmes transmettent de génération en génération le secret du tissage en même temps que le secret de leur vie. C’est un véritable filet de noms, d’époques, d’artistes célèbres et de femmes de talent inconnues sur un fond historique et culturel macédonien et européen. Le roman a été nominé pour le Prix Balkanika. 

  

   Andrew Wachtel, essai sur Les femmes Gavrilov

  Kica Kolbe est également critique d’art et essayiste. Elle a traduit en macédonien des textes de Kant, Klee, Adorno, Heidegger, Schopenhauer, Schelling, Hegel.

En tant que peintre, elle a exposé en Allemagne, en France et en Pologne.

Exposition en Normandie, 1999,.

« Cafard » , Hommage à la Métamorphose de Kafka (exposition » K comme Kafka », 1988, Allemagne)

 

 

 

Publié dans 1- Propositions romans / récits / nouvelles/ contes, Littérature macédonienne, Propositions | Tagué , | Laisser un commentaire

UNE SEMAINE DANS LA VIE ET LA MORT DE GROZDAN, roman de Svezdan Georgievski (Edna nedela vo zivotot i smrtta na Grozdan, Ed. Templum, Skopje, 2016)

naslovma Svezdan

Ceci est une histoire sur Grozdan. Plus exactement l’histoire sur cette période de la vie où vous constatez que la tête vous quitte, que la mémoire faiblit, que le corps obéit de moins en moins et que, malgré tout, l’instinct vous pousse à faire le bilan de votre propre existence, à faire un calcul final et à répondre aux questions cruciales : Où étais-je, que faisais-je et pourquoi ? Non, l’objectif de cette histoire n’est pas d’examiner le sens de la vie mais plutôt le sens du fatum, du destin. Parce qu’il n’y a pas de miracle qui arrive par hasard. C’est un produit nécessaire et inévitable de la confusion dans l’espace et dans le temps.

vtoro izdanie couv sVezdan

Dans ce roman composé de 11 histoires un lecteur attentif y reconnaîtra quelque chose du réalisme magique latino-américain, mais il y a aussi du Kafka, du Raymond Carver, un peu de Salinger et du Steinbeck, un peu de l’absurde de Harms et du cubisme de Picasso. Il y a quelque chose aussi des bandes dessinées belges, des photographies de Robert Jaki et de Robert Mardin. Du Stephen King mais aussi de Rumena Buzarovska, Dimitrie Duracovski, Petre M. Andreevski et Santa Argirova.

extrait Vie de Grozdan

photo Svezdan G. 1

 

Svezdan Georgievski, journaliste, écrivain et traducteur macédonien, est né en 1961 à Jesenice, en Slovénie. Il est l’un des fondateurs de Kanal 4, la première radio privée en Macédoine et du Prix de Utrinski Vesnik qui récompense le meilleur roman de l’année ainsi que de la Fondation pour la promotion des valeurs culturelles « Slavko Janevski ».

Une semaine dans la vie et la mort de Grozdan est le premier roman de Svezdan Georgievski. Il a reçu le prix Les nouveaux décerné au meilleur manuscrit de l’année 2016. Publié la même année par les Editions Templum de Skopje, le livre a connu en très peu de temps plusieurs éditions.

Publié dans 1- Propositions romans / récits / nouvelles/ contes, Littérature macédonienne | Tagué | Laisser un commentaire

Lorsque j’ai quitté « Karl Liebknecht », histoire courte de Lidija Dimkovska

LIDIJA DIMKOVSKA parmi les cinq lauréats européens de la meilleure histoire courte.

Lorsque j’ai quitté « Karl Liebknecht » (Koga zaminav od « Karl Libknest »)

traduit du macédonien en français par Maria Béjanovska

publié par la Fédération des éditeurs européens (2019)

Lorsque j’ai quitté Karl Liebknecht

    

      

 

Ce texte fait partie du recueil de nouvelles qui porte le même titre , publié en mars 2019 (édition Ili Ili, Skopje) :

couv Lorsque j'ai quitté Karl Libknest  Lidija au salon de Skopje

Lidija Dimkovska au Salon du livre à Skopje (2019)

Publié dans 1- Parutions romans / récits / nouvelles / contes, Actualités, Littérature macédonienne | Tagué | Laisser un commentaire

MA BOUTIQUE LITTÉRAIRE

Editions numériques MB, 2019

La publication de ces ouvrages sur Ma boutique littéraire, via Amazon, n’est liée à aucune contrainte d’exclusivité et n’est donc pas un obstacle à une publication par un éditeur « classique ». 

 

couve grande eau amazon

www.amazon.fr/dp/B07P18XXXT      https://www.amazon.fr/INVESTIGATEUR-roman-Dragan-Veliki%C4%87-ebook/dp/B07P18XXXT/ref=pd_ecc_rvi_2           http://www.amazon.fr/dp/B07P1BZ4DD

 

couverture skutasko                    couv L'Avalanche Amazon

http://www.amazon.fr/dp/B07NWYM82X           http://www.amazon.fr/dp/B07NV2D2FD

conte populaire macédonien  couv contes

http://www.amazon.fr/dp/B07P1BB4MJ                      http://www.amazon.fr/dp/B00EPFWN4W

à suivre …

Publié dans Actualités, Littérature macédonienne, litterature serbe, MA BOUTIQUE LITTÉRAIRE, Parutions, Propositions | Tagué | Laisser un commentaire

LA GRANDE EAU, roman de Živko Čingo (titre original: Golemata voda, Skopje 1974)

couve grande eau amazon

 

Quand j’évoque le titre de ce roman unique de Živko Čingo, La Grande eau, j’ai le cœur qui chavire. C’est à cause de ce texte, ou plutôt grâce à lui, que je suis devenue traductrice littéraire. Je devrais parler de vocation, car à l’époque j’avais déjà un métier passionnant, le journalisme.

Je revenais de reportage en Macédoine et, comme toujours, ma valise était pleine de livres. Connaissant mon intérêt pour la littérature, les écrivains et les éditeurs de mon pays natal n’hésitaient pas à me charger d’une quantité invraisemblable d’ouvrages qui ne manquaient pas de me poser quelques problèmes à la douane. En défaisant ma valise je suis tombée sur un tout petit livre dont la couverture n’avait aucun attrait. D’un vert terne et un peu défraîchie. Le titre cependant m’avait intriguée : La Grande eau. Et le nom de l’auteur, Živko Čingo, ne m’était pas inconnu. Ses récits intitulés Paskvelia avaient provoqué quelques années auparavant l’enthousiasme de la critique en Macédoine mais aussi la méfiance du pouvoir, pour ne pas dire une véritable panique dans les milieux politiques. Et le jeune auteur commençait à sentir le souffre. On le comparait à Isaac Babel par la vivacité du regard qu’il portait sur la période post révolutionnaire et par les couleurs impressionnistes de sa narration.

La grande eau était son premier roman. J’apprendrai plus tard qu’il l’avait écrit en quinze jours, mais « tout était déjà dans ma tête, de la première à la dernière phrase », me dira-t-il lors de son passage à Paris. J’ai lu ce magnifique texte d’un seul trait, envoûtée par ce magicien des mots. Et, je me souviens comme si c’était hier, du passage qui a été pour moi décisif :

 « Chère eau ! Le soleil du soir s’était couché sur les vagues, s’était donné à elles. Imaginez un peu : fil par fil, il se dénoue de la pelote dorée du jour. A cet instant, la Grande eau ressemble à un énorme métier à tisser qui tisse lentement, sans faire de bruit. Par une voie secrète, tu vois, tout cela se transporte sur le rivage. Que je sois maudit, même les arbres et les oiseaux descendus sur leurs branches s’étaient mis à tisser ; des filets dorés, comme ceux des araignées, flottent sur la grève. Des nids étonnants, je le jure. On dirait que la même chose arrive aussi aux hommes qui, saisis d’une émotion bizarre, apparaissent et disparaissent derrière les fenêtres fermées. Que je sois maudit, comme s’ils avaient peur de les ouvrir. Mais leurs regards les trahissent, on voit tout en eux, l’eau est rentrée en eux et les a pris…Tout, tout s’est transformé en un énorme, un étonnant métier à tisser qui tisse sans cesse et sans fatigue. C’est ainsi que le ciel frémissant du sud s’ouvre petit à petit au-dessus de nos têtes. Des milliers, d’innombrables petites veilleuses s’allument sur le firmament du sud. Et vous avez l’impression que l’eau n’attendait que ce moment, vous l’entendez s’élancer bruyamment. Elle est partout à ce moment-là, que je sois maudit, sa voix domine tout, elle règne alentour. Oh, cette vague douce ! Je le jure, c’était la voix de la Grande eau. »

 J’ai commencé à traduire ce texte tout en le lisant. C’était irrésistible. L’idée de le faire publier ne m’effleurait même pas. Un éditeur, après avoir appris par ouïe-dire que je travaillais sur un texte de Čingo, est venu me voir en me disant « je le publie immédiatement ». C’était Vladimir Dimitrijevic. Et La Grande eau est parue quelques mois plus tard, en 1980, aux Editions L’Age d’homme. Trente-cinq ans plus tard, c’est Le Nouvel Attila qui le publie en lui offrant un magnifique écrin conçu par Giovanna Ranaldi.

Illustration La grande eau

Mais toute nouvelle publication a une vie bien courte en France… Si vous n’avez pas eu l’occasion de lire La Grande eau, je vous propose de la trouver dans ma Boutique littéraire.

commander : http://www.amazon.fr/dp/B07P1BZ4DD

Editions numériques MB, 2019

traduit du macédonien par Maria Béjanovska

couve grande eau amazon

_Zivko Chingo[1]

Živko Čingo

Živko Čingo (prononcer: Jivko Tchingo), né en 1935 à Velgochti, en Macédoine, et mort en 1987, s’est consacré — hormis deux romans (Les Neiges argentées – titre français: Skutasko – et La Grande Eau), et des recueils de nouvelles Paskvelia — à l’écriture théâtrale. Comparé à Isaac Babel pour la vivacité du regard qu’il porte sur la période post-révolutionnaire, Čingo offre un témoignage historique de la répression totalitaire.

Le roman La Grande Eau est traduit en anglais, en russe, en serbe et en français, et adapté au cinéma en 2004 par Ivo Trajkov sous le titre anglais The Great Water.

C’est dans la Comédie humaine que Živko Čingo a appris le plan de Paris. Il est fils de plâtrier. Dans sa formation, assure-t-il, le don de conteur de son père, sa culture, ont compté plus que les auteurs russes lus et adorés plus tard. Sa mère lui lisait la Bible ; c’était aussi une bonne école, à laquelle s’ajoutaient les merveilleuses histoires achetées par fascicules chez l’épicier, et dont il découvrit plus tard qu’elles étaient des extraits de grands classiques.
« Je n’écris que si le sujet revient en rêve. »

Publié dans 1- Parutions romans / récits / nouvelles / contes, Littérature macédonienne, MA BOUTIQUE LITTÉRAIRE | Tagué | Laisser un commentaire

INVESTIGATEUR, roman de Dragan Velikić (titre original: ISLEDNIK, éd. Laguna, Belgrade, 2015)

PRIX NIN 2015* POUR LE MEILLEUR ROMAN DE ANNÉE EN SERBIE

traduit en onze langues

Une écriture magistrale ! Un sens parfait du détail !

Un style brillant ! Un rythme diabolique ! Avec un minimum de mots il obtient un effet littéraire maximal. Sa phrase est claire, nette, pleine de sens. Ses descriptions sont précises, les détails caractéristiques créent l’atmosphère et l’humeur des personnages. (« Reconnaître l’essentiel derrière le masque de l’accessoire».) La couleur sépia des vieilles photographies donne de la douceur et un éclat retenu aux
événements d’antan. Souvenirs nostalgiques de l’enfance, de la jeunesse, d’une vie écoulée trop vite. (« Le passé est de plus en plus profond, l’avenir de plus en plus court. »)

L’histoire se déroule de Belgrade à Pula et Rijeka, de Budapest à Salonique.

C’est l’histoire sur le 20-ème siècle, depuis le grand incendie à Salonique en 1917 jusqu’à nos jours. Sur les pays, les villes, les hôtels, les chemins de fer qui n’existent plus. Sur les gens disparus qui ont laissé des traces indélébiles dans la mémoire du narrateur.

C’est surtout l’histoire d’un fils et de sa mère…

Et sur l’écriture.

extrait:

En partant à la maison de retraite, elle avait laissé derrière elle dans les armoires les cadeaux destinés aux futurs mariages, crémaillères, anniversaires. Car, on achetait des cadeaux au gré des bonnes occasions. Elle s’arrête devant la vitrine où est exposé un service à moitié prix. Elle réfléchit quelques instants, puis prononce le nom de la cousine qui vient d’entrer à l’école. Elle lui destinait le service. Le service sera pour elle. La petite fille ne se doutait même pas qu’elle était propriétaire de la porcelaine dans notre armoire.

C’était un véritable petit trésor que ces cadeaux achetés d’avance. Avec, inscrits sur des étiquettes, les noms de leurs propriétaires dont certains étaient morts depuis longtemps.

On achetait d’avance. On vivait d’avance. Tout était possible car rien n’était laissé au hasard. Le regard soucieux de ma mère planait au-dessus de tout le territoire du quotidien. Rien n’échappait à son contrôle. Rien n’arrivait de manière spontanée. Même l’araignée du coin des toilettes devait son existence à la superstition de ma mère. Tout l’univers de notre appartement vibrait au rythme de sa respiration.

Traduit du serbe par: Maria Béjanovska

Dragan  Velikić est deux fois lauréat du PRIX NIN !

Il est né à Belgrade en 1953. Après des études de Lettres à l’Université de Belgrade, il dirige les Editions de Radio 92. Il a écrit des chroniques pour NIN, Vreme, Danas, Reporter et Status. De 2005 à 2009 il a été Ambassadeur de Serbie à Vienne. Aujourd’hui il vit à Belgrade.

Il écrit des romans, des nouvelles et des essais.

Investigateur est son neuvième roman qui a reçu quatre prix dont celui de NIN 2015. Il a connu un grand succès, plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires vendus. IL est traduit en onze langues dont en allemand, en italien, en grec, en français…

L’ œuvre de Dragan Velikic est couronnée de nombreux prix et traduite en quinze langues.

notice bibliographique  :  mariabejanovska.wordpress.com/2016/01/28/proposition-investigateur-roman-de-dragan-velikic-islednik-ed-laguna-belgrade-2015/

______________________

 * Créé en 1954, le prix NIN est attribué chaque année en janvier par un jury d’écrivains au meilleur roman de l’année précédente. Considéré comme l’une des plus hautes récompenses littéraires en Serbie, il assure la réputation et le succès de l’auteur auquel il a été donné. (https://fr.wikipedia.org/wiki/Prix_NIN)

 

Publié dans Contrat signé, litterature serbe | Tagué | Laisser un commentaire

SKUTASKO, roman de Živko Čingo (titre original: Srebrenite snegovi, Skopje, 1966)

Si vous avez aimé La Grande eau vous adorerez Skutasko !

SKUTASKO, roman de Živko Čingo

traduit du macédonien par Maria Béjanovska

Après La Grande eau, voici le deuxième et dernier roman de Živko Čingo en français: Skutasko. Il n’y en aura pas d’autres car ce merveilleux narrateur macédonien est mort beaucoup trop tôt. Il nous a laissé deux recueils de récits dont quelques uns ont été publiés en français dans des revues et le journal Le Monde. J’espère avoir un jour la possibilité de vous les faire connaitre.

Le titre original de ce texte est : Les Neiges argentées. Alors pourquoi Skutasko?  Parce que ce village, perdu dans la montagne dans ces années d’après-guerre, est un véritable trésor de destins humains qu’il ne faut pas oublier. Et comme je suis impatiente de vous les faire connaître, je viens de publier Skutasko sous la forme électronique. Mais si un éditeur décide de publier ce beau texte en livre, je lui céderais volontiers le titre original.

couverture skutasko

sujet

En cette période trouble où les incendies de la guerre fument encore, un jour gris d’automne arrive à SKUTASKO, un village perdu dans la montagne, la jeune institutrice Guenka Ilieska. Son objectif est d’y fonder la première école populaire afin d’ « ouvrir les yeux aux petits enfants aveugles », de semer une nouvelle graine d’instruction.

Les habitants de la vallée, qui vivent encore « à l’ancienne » avec leurs coutumes, préjugés et croyances, mais aussi avec leur haine, leur primitivisme, ignorance et superstition, accueillent froidement l’institutrice qui ne leur inspire pas confiance. Aussi essayent-ils d’empêcher son travail par des moyens vilains et brutaux. Mais Guenka résiste, grâce à l’amour qu’elle porte à son travail et aux enfants, elle tient bon. Sa sincérité et la pureté de son âme, ses yeux toujours brillants et souriants, sa persévérance et son bon cœur feront fondre la glace dans les cœurs des paysans.

extrait

« Tant d’années ont passé depuis ce temps-là, sans exagérer, peut-être mille, cinq mille. J’ai l’impression que c’est aujourd’hui que Guenka est arrivée chez nous à Skutasko. Je revois tout en détail. Je dois cependant dire que cette histoire s’est passée à l’époque où j’étais très simple, simple et ignorant. L’époque, à dire vrai, où j’étais aveugle, où, bien qu’ayant des yeux pour voir, je vivais dans une nuit noire. J’avais huit ou neuf ans et je n’avais pas encore touché à un crayon ou un cahier, je n’y pensais même pas. Mais ce que je vais te raconter maintenant, mon ami, c’est peu, une petite graine, une perle qui a (on ne sait comment) traversé la vaste écume de la vie. Imagine, mais il n’y a pas de quoi pleurer, si seulement j’avais eu un tout petit crayon et un bout de papier ; mais, je te l’ai dit, j’étais aveugle, aveugle et illettré. »

zivko_chingo

L’écrivain macédonien Živko Čingo (prononcer : Jivko Tchingo) est mort en 1987 à l’âge de 52 ans. Il a laissé derrière lui plusieurs recueils de récits, romans et textes dramatiques qui ont été traduits en anglais, serbo-croate, en albanais, en russe, en polonais, en slovène, en allemand, en hongrois et en français. Né dans le village de Velgochti, près du lac d’Ohrid, en Macédoine, Živko Čingo fait des études de lettres à l’université de Skopje. Il publie ses premiers récits en 1957. Son premier recueil Paskvelia, qui provoque l’enthousiasme de la critique mais aussi la méfiance du pouvoir, paraît en 1963. C’est une date dans la littérature macédonienne. On le compare à Isaac Babel par la vivacité du regard qu’il porte sur la période post révolutionnaire et par les couleurs impressionnistes de sa narration. Deux ans plus tard paraît le recueil La famille Ogoulinov puis celui de la Nouvelle Paskvelia, en 1966 le roman Les neiges argentées, en 1970 un autre recueil de récits Incendie, puis en 1971 le roman La Grande Eau. Ce dernier est traduit en plusieurs langues dont en anglais, en russe et en français et adapté au cinéma en 2004 par Ivo Trajkov sous le titre The Great Water. Dorénavant, Živko Čingo se consacre à l’écriture dramatique : Obrazov (1973), Eau-Mur (, adaptation de La grande eau, 1976), avant de publier son dernier recueil de récits En bref (1984). Živko Čingo est lauréat de plusieurs prix littéraires yougoslaves.

« Je n’écris que si le sujet revient en rêve. »

« J’ai plus besoin de la vie que du papier. Mon premier livre, j’ai attendu cinq ans et je l’ai écrit en quatorze jours. Je n’écris que si le sujet auquel je pense revient en rêve. Sinon, il n’a pas de nécessité. La littérature, c’est toujours un défi, toujours un risque. » (Živko Čingo)

C’est dans la Comédie humaine que Živko Čingo a appris le plan de Paris. Il est fils de plâtrier. Dans sa formation, assure-t-il, le don de conteur de son père, sa culture, ont compté plus que les auteurs russes lus et adorés plus tard. Sa mère lui lisait la Bible ; c’était aussi une bonne école, à laquelle s’ajoutaient les merveilleuses histoires achetées par fascicules chez l’épicier, et dont il découvrit plus tard qu’elles étaient des extraits de grands classiques.

commander : https://www.amazon.fr/dp/B07NWYM82X

 

 

 

Publié dans 1- Parutions romans / récits / nouvelles / contes, Littérature macédonienne, MA BOUTIQUE LITTÉRAIRE | Tagué | Laisser un commentaire